L’
alopécie cicatricielle est due à la destruction du follicule pilleuse et à son remplacement par des tissus cicatriciels qui mène à la perte permanente des cheveux. Dans certains cas d’alopécie cicatricielle, la perte des cheveux est progressive, sans la présence des symptômes, et reste invisible. Dans des autres cas, l’alopécie cicatricielle est accompagnée de prurit, des brûlures et de douleur et elle s’évolue rapidement. Dans le cas d’alopécie cicatricielle, l’inflammation, qui détruit les follicules, est sous la peau et la cicatrice est invisible. La peau affectée, dans le cas d’alopécie cicatricielle, est souvent rouge, apparaît de desquamation, d’hyperchromie ou d’hypochromie. L’alopécie cicatricielle est apparue chez les hommes et les femmes de tout âge, qui sont sains par ailleurs.

Les alopécies cicatricielles sont distinguées à des catégories : aux alopécies cicatricielles primaires et aux alopécies cicatricielles secondaires. Les raisons d’une alopécie primaire sont  endogènes et il s’agit, souvent, d’une inflammation formée contre le follicule pileux, qui finalement il est détruit à cause d’elle. Dans le cas d’alopécie secondaire, elle est due aux raisons exogènes comme par exemple une blessure, une inflammation, une brûlure ou un néoplasie. Les types les plus souvent d’alopécie cicatricielle sont le lichen normal (le lichen folliculaire) et le lupus érythémateux discoïde.

Les alopécies cicatricielles sont aussi distinguées selon les raisons desquelles elles sont résultantes, comme suit:

  • Alopécie cicatricielle, résultante des troubles de croissance et des maladies héréditaires (aplasie cutanée, naevus, kératose des canaux, desquamations, maladie de Darier)
  • Alopécie cicatricielle, résultante d’une cause naturelle (blessures, brûlures, radiodermite)
  • Alopécie cicatricielle, résultante des inflammations microbiennes (dermatophytoses, infections bactériennes, lèpre, syphilis, bursite, acmé, infections virales, zona)
  • Alopécie cicatricielle, résultante des néoplasies (carcinomes baso-cellulaires, spino-cellulaires ou secondaires)
  • Alopécie cicatricielle, résultante des dermatoses dont la cause n’est pas connue (lichen normal, lupus érythémateux, sclérodermie localisée, sarcoïdose, mucine aux follicules)


    La cause la plus fréquente de l’alopécie cicatricielle est le lichen normal et dans ce cas, la maladie s’appelle lichen folliculaire ou alopécie pseudo-pelade de Broq. Le lichen normal est une maladie qui affecte la peau, les cheveux et les poils, les ongles et les muqueuses. Le phénomène pendant lequel les follicules pileux sont atteints, s’appelle alopécie cicatricielle et la cause de la maladie est inconnue.

    La description clinique de l’alopécie cicatricielle du lichen normal est caractérisée par des plaques décalvantes. Les follicules nus présentent un œdème et un érythème autour d’eux et ils sont hyperkératosiques. Le peu de cheveux existants semblent aux cheveux d’une poupée (doll hair) à cause de l’hyperkératose et de la manière de la quelle ils repoussent. La région dans laquelle ce type d’alopécie cicatricielle s’apparaît est le front (alopécie frontale fibrosante) et la région qui dépend des androgènes comme par exemple au sommet du cuir chevelu. Le diagnostic d’alopécie cicatricielle du lichen naturel est réalisé par biopsie pendant laquelle on observe la description histologique caractéristique d’inflammation causée du lichen normal.

    Le traitement de première intention d’alopécie cicatricielle causé du lichen folliculaire est hydroxichloroquine ayant de très bons résultats en ce qui concerne la stabilisation des lésions. Pour le traitement de cette forme d’alopécie cicatricielle, on utilise aussi des stéroïdes locaux et systématiques, des inhibiteurs de calcineurine et dans des cas graves, on utilise d’azathioprine.

cicatricial-alopecia    Le lupus érythémateux discoïde (LED) est la deuxième forme la plus fréquente d’alopécie cicatricielle. Elle est caractérisée comme auto-immune. La description clinique de ce type d’alopécie cicatricielle consiste en plaques rondes rouges et enflammées qui sont unies et créent des cicatrices blanches atrophiques. La biopsie, l’immunofluorescence directe et indirecte certifient le diagnostic d’alopécie cicatricielle du lupus érythémateux discoïde. Pour le traitement, on utilise d’ hydroxichloroquine, des stéroïdes  locaux et systématiques, minoxidil et des médicaments immunosuppresseurs.

    La greffe de cheveux est un moyen de traitement de certaines formes d’alopécie cicatricielle. Dans l’Advanced Hair Clinics, les groupes chargés de la greffe des cheveux, sous la direction du chirurgien plastique Dr Anastassios Vekris, procède à la transplantation des cheveux par la méthode FUE, dans le cas des alopécies post-traumatiques ou post-brulées. Une catégorie particulière d’alopécie cicatricielle post-traumatique, qui est souvent traité par la greffe de cheveux, sont les cicatrices post-traumatiques formées après la greffe de cheveux par la méthode FUT ou strip. Dans ces cas, on reçoit des follicules pileux de la région donneuse du cuir chevelu ou d’autres régions, comme le visage ou la ceste et on les place dans la cicatrice afin de la couvrir de manière naturelle.

    Dans les cas des plaques stables d’alopécie cicatricielle du lichen normal et du lupus érythémateux discoïde, la greffe de cheveux peut être réussite et elle a été appliquée dans notre clinique dans des nombreux cas, ayant de très bons résultats. Dans ce cas,  on doit, en premier lieu, poser en toute sécurité le diagnostic d’alopécie cicatricielle, c’est-à-dire s’il s’agit de lichen folliculaire, afin qu’on exclut la possibilité d’alopécie en plaques (pelade – alopecia areata). Ensuite, on analyse l’historique de l’apparition de la lésion et on doit savoir si le patient prend des médicaments supplémentaires. S’il s’agit de lésions anciennes, d’une ampleur limitée, qui restent assez stables ou leur évolution est très ralentie, on propose la réalisation d’une séance d’essai pendant laquelle la greffe de cheveux est réalisée par la technique FUE, où quelques dizaines de follicules pileux sont transplantés dans la région atteinte, à une place spécifique et on photographie cette région. Pendant les mois prochains, après la séance de la transplantation, on évalue, quand on réexamine le patient, l’évolution de la repousse des nouveaux cheveux ainsi que la possibilité d’exister de réactivation ou extension du lichen normal.

    Si la repousse des cheveux est satisfaisante et il n’y a pas d’extension du lichen folliculaire, on peut réaliser une séance normale de greffe de cheveux, par la méthode FUE, en visant à la meilleure couverture possible de la région atteinte.