L
a chute des cheveux chez les femmes est un problème important quel que soit leur âge. Il est estimé que tous les femmes présenteront, au cours de leur vie, une chute des cheveux d’un certain degré. Le cycle pilaire contient la phase anagène, la phase catagène et la phase télogène. La chute des cheveux féminine se présente pendant la transition accélérée entre les différentes phases du cycle pilaire. Dans le cuir chevelu, 85%-90% des cheveux sont en phase anagène, qui s’entend sur plusieurs années, tandis que les phases catagène et télogène ont une durée de quelques mois seulement. Dans certaines formes d’alopécie féminine, la phase anagène dure quelques mois seulement.

État des cheveux naturels

Ποσοστό τριχών σε Αναγενή φάση

Phase Télogène

Perte de cheveux quotidienne naturelle



    Une perte des 100-150 cheveux par jour est normale et elle ne constitue pas une chute des cheveux. La perte de ces cheveux en phase catagène se passe pendant le shampooing et le peignage et elle n’est pas nécessairement due à la chute des cheveux féminine. Toutefois, si une femme perd plus de 100 cheveux par jour, elle est atteinte de la chute des cheveux féminine et elle doit chercher le diagnostic et le traitement appropriée à la forme de la perte de laquelle elle souffre.

La chute des cheveux chez les femmes – Causes

woman-without-hair-lossLa chute des cheveux féminine se présente plus souvent pendant l’adolescence, pendant la période après l’accouchement et pendant la période ménopause. Dans les trois cas, le stress psychologique causé par la chute féminine est intense puisque la notion des cheveux, depuis toujours, était une preuve de féminité et de beauté.

    Les causes de la chute des cheveux féminine se varient et peuvent être dues aux facteurs soit physiques soit pathologiques). La chute des cheveux saisonnière est normale, surtout pendant les mois de l’automne où la perte des cheveux est accrue. La chute des cheveux féminine est aussi due à raisons hormonales, comme par exemple le:

  • syndrome des ovaires multiloculaires
  • maladies de la thyroïde comme le para thyroïdite
  • syndrome de Cushing
  • hyper cortisol et la prise permanente et systématique des corticostéroïdes


    Des adénomes hypophysaires comme par exemple le prolactinome mènent aussi à la chute des cheveux féminine. L’hyperandrogonémie, présentée dans les cas  des néoplasies des surrénales et des ovaires, ainsi que la prise des pilules contraceptives peuvent mener à la chute des cheveux féminine. Dans tous les cas précédents, la chute des cheveux est souvent diffuse, c’est-à-dire il y a une raréfaction diffuse et un amincissement des cheveux dans le cuir chevelu.

    Un autre type de  chute des cheveux féminine est l’alopécie androgénétique. Cette forme d’alopécie se transmet d’une génération à l’autre et elle est due aux causes polygéniques. Les gènes responsables de ce type de la chute féminine sont transmis à cause de leur caractère autosomique et ils sont liées au chromosome sexuel X, à comparer aux hommes. Pour cette raison, cette forme de la chute des cheveux féminine est plus rare, puisque elle est présentée chez les enfants quand les deux parents sont atteints d’elle. L’image clinique de cette forme d’alopécie féminine diffère de celle-ci qui se présente chez les hommes, puisque elle est diffuse et elle mène rarement à la tête blanche/calvitie. Il y a souvent une prédisposition héréditaire mais la maladie s’apparaît après la phase ménopause. L’échelle Ludwing distingue l’alopécie féminine de type masculin en trois phases selon sa gravité. La caractéristique principale est que dans le cas de la chute féminine, la ligne frontale des cheveux est maintenue et la raréfaction est observé au sommet du cuir chevelu.

Autres causes de la chute des cheveux féminine sont:

  • la malnutrition
  • un régime pauvre en fer, en protéines, en métaux, en vitamines et en oligo-éléments
  • anémie ferriprive mène très souvent à une chute des cheveux et elle se présente pendant la phase de reproduction et plus souvent dans les cas de la métrorragie et pendant la grossesse.
  • Le stress constitue aujourd’hui une des plus fréquentes causes de la chute des cheveux féminine. Le diagnostic est réalisé après qu’on exclut des autres causes possibles qui mènent à la chute des cheveux.
  • L’utilisation des nombreux produits chimiques de coiffure, ainsi que la traction forte et le peignage, comme par exemple dans les cas de la mise en place des tresses, mènent à la forme de la chute des cheveux appelée alopécie de traction (traction alopecia). De même, le défrisage des cheveux et le peignage causent l’alopécie féminine causée par traction.
  • L’exposition au soleil, sans protection et sans chapeau, est nocive pour la peau du cuir chevelu, elle mène à son amincissement et à cause de l’immunosuppression provoquée, les follicules pileux sont dégénérés et tous les formes de la chute des cheveux se sont aggravées.

    La chute des cheveux télogène est dues aux causes qui accélèrent la phase télogène du cheveux. Certaines causes sont les maladies endocriniennes et métaboliques, la malnutrition, l’accouchement, une opération chirurgicale grave, une maladie chronique, le cancer ou la prise de certains médicaments, les métaux lourds et les facteurs environnementaux nuisibles.

    Les causes les plus fréquentes de la pelade (alopécie en plaques), présentée chez les femmes, sont les mycoses, les blessures, les carcinomes cutanés, les  bursites et les inflammations cutanées, le lichen normal et le lupus érythémateux discoïde cutané. Dans ces cas, la chute des cheveux féminine n’est pas diffuse mais localisée.

    La pelade constitue une maladie auto-immune qui est la cause la perte des cheveux tant chez les hommes que chez les femmes. Elle est distinguée en alopécie en plaques isolée et localisée, en alopécie en plaques multiple, en alopécie en plaques circonscrite, en alopécie en plaques diffuse, en alopécie en plaques en couronne, ou en alopécie en plaques totale. Autres maladies auto-immunes, comme les thyroïdites, souvent coexistent. Le diagnostic de cette forme de la chute est réalisé cliniquement ou par biopsie. La chute des cheveux féminine, dans le cas de la pelade, ont des impacts psychologiques graves qui aggravent le problème. Le traitement consiste en corticoïdes locaux, en infiltrations des corticoïdes, en minoxidil, en inhibiteurs de calcineurine, en l’application des substances sensibilisantes et en PUVA. Les années dernières, on utilise pour le traitement de la pelade, avec grand succès, la mésothérapie par PRP (Plasma riche en plaquettes). Dans certains cas, on observe une repousse considérable des cheveux, après 2-3 séances, en faisant des pauses mensuelles intermédiaires.

    La chute des cheveux féminine, causée par des mycoses, est due à des mycoses dermatophytes et trichophytes et le plus connu est le favus (tinea favosa). Le diagnostic est réalisé par l’examen du milieu de culture et le traitement se fait par des drogues antimycotiques. La chute des cheveux féminine qui est due aux inflammations microbiennes se présente sous forme de bursite (folliculite) dans le cuir chevelu. Il y a la possibilité de sortie de pus par les pustules et finalement la région est cicatrisée et la perte des cheveux s’apparaît. Cette forme n’est pas observée seulement chez les femmes mais ausse chez les hommes et les enfants et le traitement est réalisé par des médicaments antibiotiques.

    Le lichen normal est la forme la plus fréquente de l’alopécie cicatricielle féminine. Il s’agit d’une maladie auto-immune qui attaque la peau, les cheveux et les muqueuses. L’alopécie cicatricielle formée est présentée sous forme des plaques lisses et luisantes ayant d’hyperkératose dans l’orifice des follicules. La chute des cheveux féminine de ce type présente une image clinique anti-esthétique, il y a des cicatrices, les cheveux semblent à des cheveux d’une poupée et elle est irréversible. Le traitement est réalisé par hydroxichlorocine, par minoxidil et par corticoïdes. Dans les cas du lichen normal stable, localisé et d’extension limitée, on a réparé, avec succès, l’alopécie par la greffe de cheveux et plus précisément par la méthode FUE.

    La chute des cheveux féminine causée par le lupus érythémateux discoïde est la seconde alopécie cicatricielle la plus fréquente de cause auto-immune. Elle est due à la maladie de lupus érythémateux discoïde, qui, entre autres, attaque la peau et le cuir chevelu. Les plaques érythémateuses et enflammées qui forment des cicatrices atrophiques en menant à une perte des cheveux, est le trait caractéristique principal de cette forme de la chute des cheveux féminine. Le diagnostic est réalisé par biopsie et par immuno-fluorescence  tandis que le traitement est réalisé par des stéroïdes et des immunosuppresseurs.

    La chute cicatricielle féminine est aussi causée par des blessures, des brûlures, ou des accidents qui mènent à la destruction du cuir chevelu, ainsi qu’aux carcinomes comme les carcinomes basco-cellulaires et  spino-cellulaires. Le traitement, dans ce cas, est réalisé par l’excision de la lésion ou de la cicatrice et par la couverture de la peau par des lambeaux cutanés, après qu’on a réalisé l’extension des tissus ou, si applicable, par la greffe de cheveux.

La chute des cheveux chez les femmes – Diagnostic

    Le diagnostic de la chute des cheveux féminine commence par l’évaluation de l’historique clinique du patient, le contrôle hématologique et hormonal, le phototrichogramme et la biopsie de la peau, en fonction de la genre de la chute des cheveux féminine. Selon les enquêtes statistiques, près de 50% des chutes féminines sont dues à l’alopécie androgénétique héréditaire, transmise par l’un ou les deux parents.

    La prévision de la chute des cheveux féminine se dépend de sa forme. En général, dans le cas de la chute des cheveux féminine diffuse, présentée pendant l’âge de reproduction, la prévision est meilleure que dans le cas d’alopécie androgénétique, puisque les hormones féminines protègent efficacement l’organisme féminin.

    A nos jours, le moyen le plus moderne du diagnostic de la chute des cheveux chez les femmes est l’ALOPECIA TEST D’ADN. En prenant un petit échantillon du sang, le génétiste peut déterminer près de 60-70 gènes différents, liés à l’alopécie androgénétique et définir avec exactitude la possibilité que la patiente soit atteinte d’alopécie androgénétique, même si la maladie n’est pas encore présentée chez les femmes jeunes grâce à leur âge.

    Dans le cas de la chute des cheveux féminine résultante des causes sous-jacentes, l’élimination des causes suffise à la réparation du problème comme dans le cas de la prise de fer, de l’amélioration de la nutrition et de l’évitement du stress.

La chute des cheveux chez les femmes – Thereapie/traitement

    Les substances pharmaceutiques principales, qui aident à l’amélioration de la chute des cheveux féminine, sont la minoxidil (souvent 2% ou 5%). La première substance est consultée sous forme de lotion, 1 ou 2 fois par jour. Elle augmente le saignement dans le cuir chevelu, elle prolonge la phase anagène des cheveux et elle aide à la repousse de certains cheveux. Ses effets indésirables peuvent être l’irritation de la tête, l’érythème, l’onctuosité et la desquamation, qui sont traités après le réajustement du dosage.

    Le traitement conservateur le plus moderne de la chute des cheveux, appliqué tant aux femmes qu’aux hommes est la mésothérapie par PRP (Plasma riche en plaquettes), pendant lequel on prend un petit échantillon de sang, il est subis à centrifugation et ensuite le plasma sanguin qui est riche en plaquettes, est activé par des ions du calcium et il est injecté dans la région du cuir chevelu, où on observe la chute.

    L’activation cause l’agitation des plaquettes et l’excrétion des facteurs de croissance qui, à leur tour, activent la production des cellules, en  augmentant de cette manière le saignement de la région et la croissance des cheveux. Les séances PRP sont répétées mois par mois et les premiers résultats se présentent après l’interruption de la chute peuvent être déjà visibles par la première séance.

Minoxidil

FUE Transplantation des cheveux

FUE Non Rasé


    De nos jours, la greffe de cheveux est une solution dans la plupart des cas de la chute chez les femmes. Elle est appliquée à l’alopécie androgénétique ainsi qu’aux autres formes de la chute des cheveux diffuse et cicatricielle. L’Advanced Hair Clinics est une clinique spécialisée à la lutte contre la chute des cheveux masculine et féminine. La méthode de la greffe de cheveux, qui ne laisse pas des cicatrices, est appliquée sans douleur, sans la nécessité des sutures et elle offre toujours un résultat tout à fait normal. La chute des cheveux féminine est  souvent traitée par la méthode FUE, pendant laquelle on ne rase pas du tout le cuir chevelu et il n’y a aucune preuve que la femme est soumise à la greffe, puisque elle immédiatement rentre à ses activités quotidiennes.

    Dans l’Advanced Hair Clinics, la chute des cheveux féminine est traité, cas par cas, en commençant par le diagnostic, afin de choisir le traitement approprié qui est différent selon le cas. Notre clinique est une de plus spécialisées au traitement de la chute des cheveux, et notre groupe médicale a une grande expérience des urgences médicales en Grèce et à l’étranger, de l’Europe jusqu’au Moyen-Orient.